Faso-tic




Accueil > Mediacteurs > Rabankhi Abou-Bâkr Zida, directeur de Sidwaya : Faire de Sidwaya un modèle, (...)

Rabankhi Abou-Bâkr Zida, directeur de Sidwaya : Faire de Sidwaya un modèle, une référence

jeudi 11 février 2010

Après un Bac D, Rabankhi Abou-Bâkr Zida passe avec succès le test d’entrée au département des Arts et communications, actuel département communication et journalisme de l’université de Ouagadougou d’où il sort avec une Maîtrise en sciences et techniques de l’information et de la communication (1998-1999).


Plus tard, cet assoiffé du savoir s’inscrit en DESS à l’IPERMIC (2006-2007). Parallèlement, il a suivi plusieurs autres formations dans divers domaines au Burkina et à l’international ; la plupart du temps dans des domaines économiques. « En tant que journaliste, c’est l’économie qui me passionne le plus », confesse-t-il.

De l’AIB en tant que stagiaire au quotidien Le Pays (1999-2002) ; en passant par Nouvelle Afrique et le journal du soir, ce natif d’Accra connaît une riche carrière professionnelle. En 2002, il est recruté par le ministère en charge de la communication et mis à la disposition des Editions Sidwaya. Une année après, il est nommé chef du desk économie et développement du quotidien Sidwaya, poste qu’il occupe de février 2003 à Décembre 2008 où il est appelé à assurer la rédaction en chef par intérim du quotidien Sidwaya pendant une année. Depuis le 03 Décembre dernier, le « doyen des chefs de desk » comme on l’appelait est le nouveau directeur de Sidwaya.

Les défis de la qualité, du professionnalisme, de l’excellence l’attendent. Mais, il ne manque pas d’ambitions. Tout laisse penser que les choses vont changer positivement. Le nouveau directeur projette faire de Sidwaya un modèle, une référence au Burkina Faso et dans la sous région. « Lorsqu’il s’agit de presse écrite dans la sous-région, nous ne voulons pas qu’on cite deux ou trois journaux de référence sans citer Sidwaya » dit-il. Il en parle régulièrement avec son Directeur général pour qu’au moment venu, un bilan suffisamment riche et consistant soit présenté.

Les moyens ? Le nouveau directeur pense en avoir suffisamment pour réussir sa mission : « Un homme qui a un objectif très clair dans sa tête a déjà parcouru une bonne partie de son chemin » souligne-t-il. En termes de ressources humaines, il estime que les Editions Sidwaya comptent le plus grand effectif de journalistes formés. Autre atout, la couverture territoriale : « Grâce à l’Agence d’information du Burkina qui est une direction des Editions Sidwaya, nous avons des correspondants dans presque toutes les 45 provinces du pays. Cela constitue un véritable trésor » soutient-il.

Il n’y a pas de réussite individuelle ou solitaire dans un organe de presse et Zida le sait très bien. Il est également conscient que la tâche ne sera pas facile mais surtout qu’il n’a pas droit à l’échec. Alors, dès sa prise de service, il a lancé un appel à la mobilisation, à la solidarité, à la cohésion de sa jeune équipe. Il ambitionne travailler à créer un esprit de groupe, un « esprit sidwaya ».

La vie de cet homme très sobre, l’air timide mais plein de sagesse ne se résume pas à Sidwaya. Ses différents stages et formations au Burkina, dans la sous-région et en Europe lui ont beaucoup appris de la vie. Il est le trésorier de l’association Reporters du Faso et membre du réseau des journalistes en biotechnologie agricole. En plus, il est chargé de cours dans certains établissements supérieurs de Ouagadougou.

Malgré un bagage intellectuel déjà riche, le nouveau directeur de Sidwaya veut explorer d’autres pistes pour se cultiver davantage : « Mieux vaut actuellement être polyvalent que de maîtriser un seul domaine », affirme-t-il l’air rassuré. Mais en attendant, la priorité pour lui c’est de faire en sorte que les produits Sidwaya soit davantage de meilleure qualité et surtout que le quotidien Sidwaya, produit phare de la Maison commune, soit plus que jamais « Le journal de tous les Burkinabè ».

Moussa DIALLO
Faso-tic.net

Répondre à cet article


Rechercher:
A G E N D A  

Salon International de la Sécurité des Technologies de l’Information et des Communications
Journée mondiale de la liberté de la presse : 3 mai 2016
JOURNEE JEUNES FILLES & TIC : La deuxième édition de cette journée se tiendra du 22 au 26 juin 2015
SNI 2015 : La promotion des moyens et outils de payement électronique au Burkina Faso : Enjeux et Perspectives. DU 23 AU 27 JUIN 2015






N E W S L E T T E R  

Votre E-Mail :
inscription   désinscription



L I E N S   D U   F A S O  

Droits de reproduction et de diffusion réservés © faso-tic.net 2009 Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette