Faso-tic




Accueil > Actualités > CSC : Sept promoteurs signent et renouvellent le contrat de (...)

CSC : Sept promoteurs signent et renouvellent le contrat de confiance

Communiqué de presse

vendredi 3 juin 2011

La présidente du Conseil supérieur de la communication a procédé avec sept (7) promoteurs de radios et de télévisions à une signature de convention de deux nouvelles stations de radiodiffusion et au renouvellement des conventions de trois radios, d’une télévision et d’un opérateur MMDS. La cérémonie s’est déroulée le mercredi 25 mai 2011 dans la salle de conférences de l’institution de régulation des médias.
Les radios communales « Sara FM Botou » de Botou dans la Tapoa et « Lamogoya » de Tansila dans les Banwa pourront désormais diffuser leurs programmes en direction de leurs populations respectives.


Une autorisation d’exploitation des fréquences a été délivrée à leurs exploitants par le Conseil supérieur de la communication pour une durée de cinq (5) ans, à compter de ce jour 25 mai 2011. Les citoyens de Botou et des populations environnantes pourront donc désormais capter la 102.6 MHz et ceux de Tansila la 101.1 MHz.

A l’endroit des nouveaux promoteurs qui font leurs premiers pas dans l’environnement médiatique, madame Béatrice Damiba a formulé le vœu suivant : celui « de voir nos rapports se consolider sur la base de votre volonté de doter vos communes d’un média de masse pour accompagner vos programmes communaux de développement.
Vous vous attèlerez donc à faire de la radio un instrument au service de l’information, de la démocratie participative, de la bonne gouvernance, et partant, du développement local ».

Dans cette optique, elle les a exhortés à s’approprier le contenu des textes législatifs, réglementaires et conventionnels dont le respect strict conditionnera, non seulement l’existence d’un bon partenariat avec le CSC, mais aussi, l’atteinte de leurs objectifs. Elle a indiqué n’avoir aucun doute sur les retombées positives qui résulteront de l’exploitation des fréquences qui ont été assignées à ces nouveaux promoteurs au regard de l’engagement dont ils ont fait montre depuis le début de la procédure d’autorisation. Aussi a-t-elle souhaité que ces deux radios, contrairement à bien d’autres radios communales avant elles, ne soient pas très rapidement en panne de démarrage.

L’acte 2 de la cérémonie de ce mercredi a été le renouvellement des conventions de « Radio Daandé Sahel », « Radio Campus », « Radio Ave Maria », la télévision « Canal 3 » et « Neerwaya Multivision ».
Comme l’a rappelé la présidente du CSC, le renouvellement des conventions n’est pas automatique. Il n’est pas acquis d’office et intervient sur demande du promoteur et à l’issue d’une procédure d’évaluation du fonctionnement du média concerné au cours de la période écoulée.

S’adressant aux « anciens partenaires » de l’institution, madame Béatrice Damiba a souligné que cet évènement marque la fin d’une période de collaboration et le début d’une autre. Pour les promoteurs des radios, les relations conventionnelles avec le CSC se poursuivent pour de nouvelles échéances de cinq (5) ans et de dix (10) ans pour ceux de la télévision et des MMDS. Au moment où l’institution leur renouvelle sa confiance, la présidente a insisté sur l’impérieux devoir des promoteurs de satisfaire aux obligations, aussi bien administratives que financières, contenues dans les dispositions conventionnelles et réglementaires.

Cette cérémonie de signature est intervenue, comme on le sait, dans un contexte particulier au plan national marqué par des troubles à dimension sociale et politique. La présidente du CSC a souligné que les médias, dans de telles circonstances, se doivent d’être des vecteurs d’informations justes, mais aussi et surtout des instruments de recherche de la paix et de la stabilité sociale. C’est pourquoi, elle a invité les signataires du jour et tous les responsables des médias à s’abstenir dans le cadre de leur activité, de toute attitude et propos pouvant altérer la situation d’accalmie que nous vivons. Elle a recommandé le développement d’un sens élevé de la responsabilité sociale du journaliste et l’instauration d’une culture d’autorégulation dans les médias.

Madame Béatrice Damiba a, en outre, exhorté les patrons de presse à l’application effective de la Convention collective, afin de permettre l’amélioration des conditions de vie et de travail de leurs personnels, et par voie de conséquence, à garantir un meilleur fonctionnement de leurs entreprises. Elle a enfin souhaité beaucoup de réussite aux signataires du jour.

Un appel et une exhortation qui ne sont pas tombés dans l’oreille d’un sourd. En effet, le représentant des promoteurs, monsieur Pamba Ousmane Lompo, maire de la commune de Botou, a soutenu qu’ils sont disposés à faire de leurs médias, des pools d’excellence où se conjuguent professionnalisme et respect des dispositions conventionnelles. Monsieur Lompo a également indiqué que dans le cadre de la décentralisation, ils feront particulièrement des radios communales des moyens d’information, d’éducation, de distraction mais également des outils efficaces de mobilisation sociale pour le développement et l’épanouissement des populations.

Simon YAMEOGO
Chef du Bureau de Presse et de la Communication

Répondre à cet article


Rechercher:
A G E N D A  

Salon International de la Sécurité des Technologies de l’Information et des Communications
Journée mondiale de la liberté de la presse : 3 mai 2016
JOURNEE JEUNES FILLES & TIC : La deuxième édition de cette journée se tiendra du 22 au 26 juin 2015
SNI 2015 : La promotion des moyens et outils de payement électronique au Burkina Faso : Enjeux et Perspectives. DU 23 AU 27 JUIN 2015






N E W S L E T T E R  

Votre E-Mail :
inscription   désinscription



L I E N S   D U   F A S O  

Droits de reproduction et de diffusion réservés © faso-tic.net 2009 Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette