Faso-tic




Accueil > Mediacteurs > Ouezen Louis Oulon : "Je resterai toujours journaliste "

Ouezen Louis Oulon : "Je resterai toujours journaliste "

jeudi 7 octobre 2010

Entre le journalisme et lui, « c’est une histoire de passion ». Et c’est tout fièrement qu’il affirme, « c’est le seul métier que je sais pratiquer au monde ». Ouezen Louis Oulon, bien connu de l’auditoire burkinabè, africain et même mondial est tombé amoureux de ce métier de scribouillard dès ses premiers pas à l’école primaire.


Je ne suis pas venu au journalisme parce que je cherchais de l’emploi et que et c’est ça qui s’est présenté devant moi. Je dirai que c’est le seul métier que je sais pratiquer au monde. » Cette réponse explique- t- elle entièrement son succès dans le métier ? Certainement. Bien qu’ayant choisi le journalisme depuis l’enfance, le scénario de l’idylle a pris une autre tournure dès l’entame des études supérieures. Admis au baccalauréat série D, Ouezen Louis Oulon est orienté "de force" en anglais par manque d’école de formation en journalisme au Burkina. C’est l’épreuve la plus difficile de sa vie. « … l’école burkinabè n’offrait pas en ce moment la possibilité de former des journalistes. Il fallait avoir une bourse pour aller se faire former ailleurs et nous on ne pouvait pas l’avoir parce qu’on est enfant de pauvre », se souvient- il.

Mais un matin Oulon découvre une affiche qui annonçait l’ouverture d’une école de journalisme sur place. Une merveilleuse nouvelle ! Il se dirige directement vers le bureau où il est censé avoir plus d’informations. A la porte dudit bureau il est écrit "interdit aux étudiants". Mais courageusement le jeune aspirant frappe à la porte. « … le monsieur me dit "oui entrez". Je lui ai dit que j’étais intéressé par l’annonce du test et que je vais ramener la demande le lendemain. Il me dit que je peux remplir la demande toute suite dans son bureau. J’ai rempli, j’ai pris part au test et ça’ a marché », relate l’actuel directeur de Radio Burkina. Auteur de reportages et d’émissions croustillants, il remporte plusieurs prix sur les plans national et international. Sans secret. « Il n’y a pas de secret en journalisme.

Il faut de la passion et de la chance ; et cette chance ce sont des dons comme la voix ». Pour lui le journalisme est une science et il faut simplement appliquer les règles apprises à l’école de journalisme. Ses succès ont fait de lui un label. Il en est conscient et se bat pour y demeurer. « J’ai mis mes productions dans une logique continuelle de ma vie, c’est- à- dire que si je décide de traiter un sujet je le fais très bien. Je suis toujours dans cette dynamique afin qu’on n’ait pas un haut et un bas », affirme Oulon. Aujourd’hui promu à la tête de la direction de la "radio cinquantenaire", c’est tout naturellement qu’il s’efforce d’imprimer ce label qualité à toute la maison. Et pour cela il est très… emmerdant. « La culture de l’excellence ne se limite plus au label Ouezen Louis Oulon mais s’applique à l’organe.

Dès qu’on m’appelle pour dire, sur ta radio on a entendu ça, ma tête est grosse. C’est ce qui fait que je suis emmerdant. J’emmerde les journalistes mais c’est positif. Je n’attends pas une conférence de rédaction pour dire à un journaliste qu’il a mal fait son boulot, mais je le dis avec élégance ».

De ses confrères Ouezen Louis se garde de les juger car ce rôle revient au public même s’il reconnaît le dynamisme et le caractère pluriel de la presse burkinabè. Mais entre deux phrases, Oulon relève quand même des coquilles : « il faut qu’il y ait un peu de professionnalisme dans ce que nous faisons.

Il y a beaucoup de coquilles que l’on relève dans les productions mais ensemble j’espère que nous allons travailler à permettre aux jeunes qui viennent dans le métier d’être excellents dans ce qu’ils font ». Mais comment se sent M. Oulon dans ses nouvelles responsabilités de directeur de la radio, lui qui est connu comme un homme de terrain ? « Je vous dis déjà que je suis toujours un homme de terrain, je n’ai pas abandonné le micro. Je présente toujours le journal, j’ai toujours mes chroniques santé qui continuent, je fais des reportages. Je resterai toujours journaliste », répond- il sans ambages. En tant que directeur il se voit plutôt comme un manager de média. « C’est une nouvelle expérience, c’est très fatiguant parce qu’il faut orienter, concevoir et même parfois descendre dire aux gens ça ne se fait pas comme ça », dévoile- t- il son nouveau cahier de charge.

Bien que confortablement assis sur son fauteuil de directeur, il est conscient d’une chose : « Ce sont des fauteuils éjectables, on est assis aujourd’hui, demain on n’est pas assis. Mais au moins on dira quand un tel était là ce n’était pas comme ça ». Ainsi donc, depuis son accession à la tête de Radio Burkina, toutes les actions du directeur Oulon n’ont de cesse de viser le label qualité qui va à son sens servir à des générations. Sa devise exprime son entière volonté : « Le label qualité, le professionnalisme ou rien ».

Koundjoro Gabriel Kambou
Lefaso.net

Répondre à cet article


Rechercher:
A G E N D A  

Salon International de la Sécurité des Technologies de l’Information et des Communications
Journée mondiale de la liberté de la presse : 3 mai 2016
JOURNEE JEUNES FILLES & TIC : La deuxième édition de cette journée se tiendra du 22 au 26 juin 2015
SNI 2015 : La promotion des moyens et outils de payement électronique au Burkina Faso : Enjeux et Perspectives. DU 23 AU 27 JUIN 2015






N E W S L E T T E R  

Votre E-Mail :
inscription   désinscription



L I E N S   D U   F A S O  

Droits de reproduction et de diffusion réservés © faso-tic.net 2009 Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette