Accueil > Actualités > 4G+ de Orange Burkina : Pour plus de rapidité dans la connexion (...)

4G+ de Orange Burkina : Pour plus de rapidité dans la connexion internet

LEFASO.NET | Par Marcus Kouaman

lundi 21 janvier 2019

L’opérateur de télécommunication Orange Burkina a animé une conférence de presse ce lundi 21 janvier 2019 à Ouagadougou. Au menu des échanges, le lancement du 1er réseau 4G+ au pays des Hommes intègres.


Le 15 janvier 2019, Orange Burkina a annoncé le renouvellement de sa licence globale d’opérateur de téléphonie pour une période de 15 ans. Cette licence technologiquement neutre inclut la 4G+, chose qui a permis à l’opérateur de lancer le 1er réseau 4G+ au pays des Hommes intègres. Après l’acquisition de la licence 4G+ par Orange Burkina, l’opérateur de télécommunication s’active à la mise en œuvre de cette nouvelle technologie afin de faire vivre de belles expériences de connexion internet à sa clientèle. D’où cette conférence de presse pour mieux expliquer les tenants et les aboutissants de la 4G+ de Orange Burkina.

C’est en compagnie de la Directrice Expérience client, Alima Touré/Yao et du Directeur technique, Evariste Didiro, que le Directeur Marketing de Orange Burkina, Abdraman Diallo, a animé cette conférence de presse. Pour lui, la 4G+ de Orange Burkina permet au client d’être plus à l’aise dans la navigation, grâce à une connexion haut débit allant jusqu’à 150 mégabit/seconde. Soit 10 fois le débit théorique de la 3G.

La 4G permet de suivre des vidéos en ligne, sur un téléphone, un ordinateur ou sur une télé sans interruption. Elle permet aussi de jouer en ligne comme si l’on avait téléchargé le jeu ce qui donne plus d’interactivité entre les acteurs. « La navigation en elle-même va s’améliorer car la 4G vient améliorer la 3G en sa dimension internet. Tout ce que je fais habituellement, mes transferts de fichier par mail, je pourrais les faire de façon beaucoup plus fluide », a-t-il indiqué.

Comment faire pour avoir accès à cette technologie ? Selon le Directeur Marketing de Orange Burkina, il faut dans un premier temps avoir accès au réseau 4G+ de Orange. C’est-à-dire, être à Ouagadougou, à Koudougou, à Banfora, à Manga et à Koubri pour l’instant. Dans les jours à venir d’autres localités seront concernées. Aussi, il faut un terminal qui soit compatible, à savoir un smartphone 4G/4G+, une tablettes 4G/4G+, clé de connexion 4G/4G+, un Flybox 4G/4G+. A cet effet, une vente promotionnelle de ces appareils est en cours pour donner la chance aux abonnés d’entrer dans la 4G+.

La dernière condition pour avoir cette technologie est la carte Sim 4G. « Pour permettre à la Sim d’être la plus avancée et s’adapter au futur, nous avons dû changer de technologie. Les Sim 2G et 3G ne peuvent plus supporter », a souligné le sieur Diallo. Dans un esprit d’anticipation en prélude à la mise en œuvre de la 4G+, Orange Burkina a débuté la commercialisation des Sim 4G depuis l’an passé (janvier 2018).

Tous ceux qui ont acquis de nouvelles cartes Sim de cette période à maintenant sont en phase. Egalement les clients qui sont passé dans les boutiques depuis cette période pour activer un numéro détiennent la 4G. Pour vérifier que la carte Sim convient à la 4G, il suffit de composer le numéro suivant *103*8#. Sans quoi il faut se rendre dans une boutique Orange Burkina pour procéder au changement de sa carte Sim afin de bénéficier de cette technologie.

Si le client remplit toutes ces conditions, il lui suffit d’avoir des unités internet pour naviguer comme il se doit. Pour permettre aux abonnés de profiter de la meilleure expérience, l’opérateur a procédé à un réajustement de sa grille tarifaire pour l’achat des mégas.

Par exemple avec 15 000 francs CFA le client peut s’offrir 10 Go pour une période de 30 jours ou encore 1G0 à 2 500 francs CFA pour 30 jours. Comme cadeau en cette nouvelle année et pour permettre à sa clientèle de vivre la 4G+, Orange Burkina fait une offre promotionnelle dénommée la 4x4x4, c’est-à-dire, 4Go à 4000 francs CFA pour 4 semaines.

Marcus Kouaman
(kmagju@gmail.com)
Lefaso.net

Crédit photo : Bonaventure Paré