Faso-tic




Accueil > Actualités > Cyber sécurité : « Africtivistes » construit des boucliers anti menace pour les (...)

Cyber sécurité : « Africtivistes » construit des boucliers anti menace pour les journalistes et activistes burkinabè

mardi 23 janvier 2018

La Ligue des blogueurs et cyber-activistes africains pour la démocratie, Africtivistes, a débuté ce 22 janvier 2018 à Ouagadougou, une formation sur la cyber sécurité. Jusqu’au 26 janvier, ce sont 50 journalistes, acteurs des médias et activistes qui recevront une formation théorique et pratique afin que de s’entourer d’un minimum de sécurité sur la toile.


Des sites internet attaqués, des comptes piratés, des téléphones sur écoute, du matériel retiré, internet coupé, des journalistes traqués ou censurés, des web activistes menacés. Pour sûr, la révolution digitale tout en bouleversant les méthodes de travail des professionnels de l’information, a aussi créé des menaces.

Le journaliste travaille de plus en plus avec son smartphone ou son ordinateur portable. Ses données numériques sont traitées, stockées et partagées quotidiennement. Sans une politique de sécurité et une certaine compréhension des règles de protection, toute leur production se retrouve exposée au vol ou tout simplement à la destruction. Les web activistes également font les frais des tentatives de restrictions des libertés.

Alors, « Afrique Média Cyber Sécurité » un programme de formation théorique et pratique en sécurité internet destiné aux journalistes professionnels et aux acteurs des médias de la société civile (blogueurs, journalistes citoyens, cyberactivistes …), a vu le jour pour apporter des boucliers sûrs aux utilisateurs les plus en vue du net.
Selon Cheickh Fall, président de Africtivistes, il sera question de former les participants sur tout ce qui est cyber sécurité, leur apprendre à protéger leurs données et à savoir si leur travail est espionné, leur apprendre à se méfier des menaces et à comprendre ces menaces, leur apprendre à contourner la censure quand elle est appliquée.

« Protection des données, la sauvegarde des informations sur ordinateur, la sécurité du réseau internet, de la machine, des smartphones, configuré son téléphone pour qu’il soit plus sécurisé, comment utiliser les réseaux sociaux, naviguer sereinement, faire en sorte que le compte ne soit pas piraté… », Ce sont autant de thématiques qui seront abordées au cours de ces jours de formation. Il faut apporter des réponses et des solutions à ces violations de droit qui sont de plus en récurrentes en Afrique, ont ajouté des organisateurs.

Un exemple

Le Dr Cyriaque Paré, fondateur de Lefaso.net, bien que se présentant comme bénéficiaire de la formation, a été invité à prononcer un mot. Selon lui, c’est un thème qui vient à point nommé, tant les problèmes de sécurité et d’atteinte à la liberté sur le net, sont de plus en plus légion au Burkina.

« Le premier site que nous avons créé en 1999, burkinet.com, portail d’information sur le Burkina a vécu et a même connu un certain succès en 2003. Avec la crise ivoirienne, le site a été attaqué plusieurs fois, jusqu’à ce que Inoussa Sanfo avec qui je travaillais et à qui cela demandait beaucoup d’efforts de le remettre en ligne chaque fois, décide de l’abandonner. Nous avons réussi à remonter les traces de ceux qui l’ont attaqué, et cela nous a conduit sur des serveurs en Roumanie », a-t-il partagé, notant ainsi que ce n’est pas un fait nouveau.

Il a multiplié les cas d’exemples de site web attaqués au Burkina, des journalistes persécutés suites à des publications sur les réseaux sociaux, des web activistes traqués, au Burkina Faso. Mais c’est aux utilisateurs du web de faire attention et d’observer un minium de précaution, a poursuivi Dr Cyriaque Paré.

« L’activité sur le net n’est pas sans risque. La sécurité informatique, c’est 80% de comportement social, 20 % de technologie », a-t-il enseigné, tout en invitant les journalistes et web activistes à éviter de porter le flanc aux plans technologique et comportemental, à respecter la loi parce que « Internet n’est pas une zone de non droit » d’où l’exigence à y exercer son droit de manière à être irréprochable.
Le projet « Afrique Média Cyber Sécurité » lancé en Juillet 2017 et exécuté en mémoire de la regrettée Anna Gueye, co-initatrice, vise à initier et à outiller les acteurs des médias aux pratiques et aux méthodes de sécurité et de protection numérique. Son objectif principal est de permettre l’accès à Internet sans entraves aux professionnels des médias de l’Afrique de l’Ouest. 10 pays de la sous-région bénéficient de ce programme, qui envisage à la fin toucher 500 personnes. La session du Burkina est la 6e, après celles de la Gambie, de la Mauritanie, du Sénégal, de la Guinée et du Niger.

A en entendre Cheickh Fall, après avoir subi la révolution industrielle, l’Afrique a une chance d’être actrice de la révolution digitale, et cela passe par la formation à tout ce qui entoure ce domaine.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Répondre à cet article


Rechercher:
A G E N D A  

Salon International de la Sécurité des Technologies de l’Information et des Communications
Journée mondiale de la liberté de la presse : 3 mai 2016
JOURNEE JEUNES FILLES & TIC : La deuxième édition de cette journée se tiendra du 22 au 26 juin 2015
SNI 2015 : La promotion des moyens et outils de payement électronique au Burkina Faso : Enjeux et Perspectives. DU 23 AU 27 JUIN 2015






N E W S L E T T E R  

Votre E-Mail :
inscription   désinscription



L I E N S   D U   F A S O  

Droits de reproduction et de diffusion réservés © faso-tic.net 2009 Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette