Faso-tic




Accueil du site > Télécom > Télécommunications électroniques : L’association des consommateurs dénonce une (...)

Télécommunications électroniques : L’association des consommateurs dénonce une publicité mensongère

jeudi 11 février 2016


L’association burkinabè des consommateurs des services de communication électronique (ABSCE) n’est pas satisfaite des services vendus par les opérateurs de téléphonie mobile et de Neerwaya Multivision et de Canal+. Les responsables de la structure l’ont fait savoir ce mercredi 10 février 2016 au cours d’une rencontre avec les hommes de médias.

Seydou Barro et ses camarades sont remontés contre Telmob et Airtel. La cause : la mauvaise qualité des services offerts par les deux sociétés de téléphonie mobile. Il s’agit notamment de la connexion internet. Estimant qu’ils sont lésés, les responsables de l’ABSCE ont entrepris des démarches juridiques en 2015. Ils ont en effet déposé une plainte auprès de la Commission nationale de la concurrence et de la consommation (CNCC) pour publicité mensongère sur le débit de la connexion internet. En réponse, la CNCC a donné raison à l’ABSCE et a invité Telmob et Airtel à préciser les éléments permettant au consommateur d’apprécier le service ou le produit qui lui est présenté en précisant le niveau de couverture spatiale. « Telmob et Airtel font croire aux consommateurs à travers des affiches publicitaires, des spots télévisuels et radiodiffusés, qu’elles leur offrent une connexion du niveau 3.75 G (pour Airtel) et 3G+ (pour Telmob). Après vérification, l’ABSCE s’est rendue compte que la qualité de la connexion offerte par celles-ci n’a pas atteint ces technologies qu’elles revendiquent dans leur publicité. En effet, une connexion du type 3G+ au regard des normes internationales, doit offrir une vitesse de téléchargement comprise entre 3.6 et 14.4Mbps/S et celle de type 3.75G une vitesse se situant entre 5 et 21 Mbps/S, alors que nos mesures nous donnaient au mieux 0.0985Mbps/S pour Telmob et 1.47 Mbps/S pour Airtel », ont argumenté les conférenciers.

Chacun peut demander réparation

En organisant la conférence de presse, les responsables de l’ABSCE entendent porter à la connaissance du public cette décision de la CNCC. « Chacun est libre de jouir ou pas de ses droits. Sinon les consommateurs lésés peuvent prendre attache avec les juridictions civiles compétentes », a indiqué Seydou Barro, président du bureau exécutif de l’ABSCE. En plus de la connexion, les conférenciers ont fustigé les coûts exorbitants des communications téléphoniques ainsi que la qualité des réseaux.

Neerwaya et Canal+ aussi

D’autres sociétés sont également dans le box des accusés de l’ABSCE. Il s’agit de Neerwaya Multivision et de Canal+. En effet, l’association dénonce la convention signée entre les deux structures. « La convention, en plus d’interdire la diffusion de certaines chaînes par Neerwaya Multivision, lui impose des prix de vente », s’est offusqué le conférencier. Les responsables de l’ABSCE l’ont fait savoir aux patrons des deux structures à travers un courrier. Et il n’est pas exclu, selon les conférenciers, que des actions soient engagées en justice contre ces deux structures.

Jacques Théodore Balima Lefaso.net

Répondre à cet article


Rechercher:
A G E N D A  

Salon International de la Sécurité des Technologies de l’Information et des Communications
Journée mondiale de la liberté de la presse : 3 mai 2016
JOURNEE JEUNES FILLES & TIC : La deuxième édition de cette journée se tiendra du 22 au 26 juin 2015
SNI 2015 : La promotion des moyens et outils de payement électronique au Burkina Faso : Enjeux et Perspectives. DU 23 AU 27 JUIN 2015


Dernières 24 HEURES
Meilleures articles de la semaie




N E W S L E T T E R  

Votre E-Mail :
inscription   désinscription



L I E N S   D U   F A S O  

Droits de reproduction et de diffusion réservés © faso-tic.net 2009 Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette