Faso-tic




Accueil > Mediacteurs > Arsène Evariste Kaboré, rédacteur en chef de la RTB/Télé : Le plus anglophone (...)

Arsène Evariste Kaboré, rédacteur en chef de la RTB/Télé : Le plus anglophone de la télévision nationale

vendredi 25 février 2011

Arsène Evariste Kaboré avait la possibilité, la plus évidente d’ailleurs, de devenir professeur d’Anglais. Mais, il en a décidé autrement. « Si je devais être professeur d’Anglais, j’aurais voulu que ce soit au niveau du supérieur », précise-t-il.


Mais tout ça n’est plus à l’ordre du jour. C’est dans le journalisme qu’il évoluera. Diplômé de l’institut de journalisme du Ghana, titulaire d’un certificat en journalisme, publicité et TIC de l’université de Maryland aux Etats-Unis d’Amérique, en plus de sa maîtrise d’Anglais, Arsène Evariste Kaboré est, depuis février 2009, le rédacteur en chef de la télévision d’Etat, RTB. Feuilletons ensemble le carnet secret de ce journaliste anglophone.

Pendant qu’il effectuait son service national populaire en 1989 (actuel SND), le centre de formation professionnel de l’information (CFPI) décide de recruter des étudiants titulaires de la licence en Anglais. Arsène Evariste Kaboré et deux de ses camarades sont retenus. La formation se passe à l’institut du journalisme du Ghana à Accra. Au retour, il est affecté à la télévision nationale du Burkina où commence sa carrière de journaliste en juillet 1991. Jusqu’en 1997, il est reporter, spécialiste des questions politiques.

De 1998 à 2003, Arsène est aussi présentateur du journal à la télévision nationale. Voix nonchalante, l’air calme, toujours taquin, Arsène Evariste Kaboré est cumulativement professeur d’Anglais au Centre de formation professionnelle de l’information (CFPI), correspondant associé de l’édition anglaise de l’agence Associated Press (AP) en plus de ses charges à la télévision nationale depuis 2000. C’est en février 2003 qu’il est appelé à la direction de la presse et de la communication de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), poste qu’il occupera jusqu’en novembre 2006. Lorsqu’il revient à la télévision nationale, il assure les rôles de chef d’édition et coordonnateur des grands évènements de la RTB/télé.

En février 2009, suite à un ensemble de changements opérés au sein de la maison, Arsène Evariste Kaboré est nommé rédacteur en chef de la télévision nationale du Burkina. Principal rôle : concevoir des émissions et coordonner l’ensemble des activités de la rédaction. Pas si compliqué, car, déjà, il a été concepteur de plan médias de plusieurs évènements majeurs de notre pays tels que le SIAO, le FESPACO, la SNC… Seulement, le travail devient plus intense maintenant. Le travail d’organisation et de conception des émissions à l’approche des grands évènements lui incombe.

En cas d’échec, Arsène Evariste Kaboré est le premier responsable. Heureusement, ça n’arrive pas tous les jours puisqu’il bénéficie du soutien de l’ensemble de sa rédaction. Ce qui ne l’empêche pas de passer en moyenne 14 heures au bureau par jour (de 8h30 à 22h30). « Quand on réussit un évènement, j’oublie tout ce temps passé au bureau, mais quand vient l’échec, souvent je prends plusieurs jours pour me remettre car je considère cela comme un échec personnel », confie-t-il.

Pardon pour la torture

La pression est très forte et vient d’abord de l’intérieur de la maison, puis des téléspectateurs qui veulent voir absolument le programme qu’on leur a proposé. Au niveau politique, pas tant que ça. On nous répercute les évènements mais on ne nous impose pas ce qu’il faut faire.

L’autre difficulté, la plus angoissante d’ailleurs, c’est l’insuffisance du personnel au regard de la mission assignée à la RTB. Avec le chevauchement des évènements nationaux majeurs, Arsène Evariste Kaboré se voit obliger de torturer presque ses agents tellement le travail qu’il leur demande est énorme. C’est un travail intellectuel qui se prépare. « J’ai donc demandé un effort supplémentaire à mes gars et moi-même je leur ai demandé pardon pour ce que je leur fais subir », dit-il en parlant de la campagne présidentielle, le SIAO, la SNC, le cinquantenaire, a FILO… qui se sont déroulés en l’espace d’un mois. « S’il y a d’autres hommes pour nous appuyer, je les accueillerai les bras ouverts », souligne-t-il. Malheureusement, ce n’est pas lui qui décide à ce niveau.

Absorbé par le travail, très souvent, « je demande à ma famille de me comprendre et je fais des efforts pour être auprès d’eux autant que possible pour ne pas tuer mes relations amicales et même familiales ». « Ce n’est pas facile d’être en train de chercher à satisfaire les téléspectateurs et conserver ses relations sociales », reconnait-il. En plus de ses activités de rédacteur en chef de la télévision d’Etat, Arsène Evariste Kaboré est enseignant d’Anglais à l’ISTIC.

Il assure également des cours de pratique de télé aux étudiants de communication et journalisme de l’université de Ouagadougou, sans oublier les cours qu’il dispense à Apidon. Mais, le plus anglophone de la RTB/télé apprend toujours. Il fait actuellement un Master II en communication des entreprises à l’IAPM (Institut africain de professionnalisation de management). Ce qui lui laisse très peu de temps.

La politique ? Il affirme ne pas s’y connaître. Mais l’associatif, oui. AEK a milité dans l’Association des journalistes du Burkina (AJB). Il milite toujours dans l’association des anciens étudiants des USA du Burkina… On ne regrette jamais d’avoir été journaliste, mais on n’y vient pas pour se faire de l’argent. Dernière chose : qu’ils ne se trompent pas d’image. Le journaliste télé, c’est celui-là qui se présente toujours à l’écran en veste et cravate mais c’est quelqu’un qui sait adapter ses revenus en fonction de son boulot et de ce qu’il doit faire. Sa garde robe est importante car c’est ce qui vient soutenir son travail. Il faut venir pour la passion et non pour être riche. Conseils du rédacteur en chef de la télévision nationale à ceux qui voudraient embrasser cette profession.

Moussa Diallo

Faso-tic.net

Répondre à cet article


Rechercher:
A G E N D A  

Salon International de la Sécurité des Technologies de l’Information et des Communications
Journée mondiale de la liberté de la presse : 3 mai 2016
JOURNEE JEUNES FILLES & TIC : La deuxième édition de cette journée se tiendra du 22 au 26 juin 2015
SNI 2015 : La promotion des moyens et outils de payement électronique au Burkina Faso : Enjeux et Perspectives. DU 23 AU 27 JUIN 2015






N E W S L E T T E R  

Votre E-Mail :
inscription   désinscription



L I E N S   D U   F A S O  

Droits de reproduction et de diffusion réservés © faso-tic.net 2009 Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette